ArtiPaint

Art et Culture Magazine

Clip de « Si un jour » -> La Femme joue la confusion des genres

Clip de « Si un jour »  ->  La Femme joue la confusion des genres
Crédits photo : Capture d'écran YouTube
A la sortie de "Psycho Tropical Berlin" en avril dernier, un vent de fraîcheur a soufflé sur la pop française. Groupe composite né quelque part entre Biarritz, Marseille, Paris et la Bretagne, La Femme a immédiatement été porté aux nues par la presse spécialisée. Cette bande de joyeux lurons, aussi juvénile qu'intrépide, offre un univers à la fois rétro et moderne, qui mérite amplement le détour. Écoulé à plus de 5.000 exemplaires, son premier album est un condensé de synthés 80's aux inspirations new-wave. Avec des mots simples, La Femme raconte des histoires vraies et sans prétention, parfois naïves, parfois festives.

La promotion de l'opus a d'abord été entamée par l'excellent lead single "Sur La Planche 2013" , qui a ensuite laissé sa place à plusieurs successeurs, dont "Hypsoline" ou "Nous étions deux" . Soucieux de faire coïncider le son avec l'image, la formation a pris l'habitude de concocter des clips décalés, à l'esthétique vintage et l'humour corrosif. La recette ne change pas d'un iota pour celui illustrant "Si un jour". Pulsée aux beats synthétiques, la chanson évoque le désir de liberté d'une jeune demoiselle, à qui l'on interdit de paraître trop masculine. Pour surfer sur ce thème unisexe, La Femme joue donc la confusion des genres ! La bande au complet, presque exclusivement composé de garçons à l'exception de la chanteuse Clémence Quélennec, apparaît ainsi grimée comme des drag-queens, porte-jarretelles sur les hanches et maquillage outrancier sur la figure. Atmosphère fumeuse, décor glauque...

En savoir plus...