ArtiPaint

Art et Culture Magazine

peinture murale

Peinture murale

Oculus en plafond de la Chambre des Époux, château de San Giorgio à Mantoue, Andrea Mantegna, 1474

C'est la première histoire de la peinture. L’humanité a commencé par l'art pariétal des peintures murales des cavernes, premiers signes transmis entre les hommes. Dessins, tracés, images de beauté, d’effroi, de magie. La paroi, le mur a été le premier support de la peinture.

Le support de la peinture murale est la pierre, le béton, la brique, le plâtre, les matériaux de l'architecture. Le peintre peint directement sur le support ou peint sur des toiles qui sont ensuite marouflées (collées) sur les murs.

La fresque est une technique particulière de la peinture murale. La couleur y est appliquée sur un enduit à la chaux fraîche (fresco en italien). Le terme de fresque est le plus souvent utilisé improprement dans le langage courant et désigne la peinture murale en général et rarement la technique

Définition [modifier]

Peinture murale, art universel [modifier]

Partout dans le monde, des histoires parallèles et parfois entrecroisées tissent l’histoire de la peinture murale à travers toute la planète, au fil des siècles. Les Aborigènes d’Australie l’ont pratiquée pendant des milliers d’années, les Égyptiens, dans leurs lieux sacrés, les peintres des villas de Pompéi, les peintres des édifices religieux, les populations du Yémen, les fresquistes des palais de la Renaissance, les peintres militants officiels ou contestataires, les artistes des murs peints contemporains.

Ces peintures ornent aussi bien les parois des grottes que des plafonds d’églises et de palais, l’habitat privé comme les façades de bâtiments, les paquebots aussi bien que les parcs de stationnement, les restaurants, les musées, les escaliers, les alcôves, les couloirs, les halls, les salons, les bureaux, les usines, les lieux de travail, les bâtiments publics, de quelques dimensions que ce soit.

Mur des cavernes, puis mur bâti, mur intérieur de l’habitat et mur extérieur dans la cité, voûte, plafond, coupole, la peinture murale reste toujours la grande alliée de l’architecture. Mur familier, il est au cœur de notre vécu et de notre environnement.

Domaine de la peinture murale [modifier]

La peinture murale témoigne des préoccupations de chaque époque, art public ou privé, laïque ou religieux, populaire ou élitiste, jouant un rôle social, voire politique. La peinture murale est solidaire de l'architecture, elle en est le prolongement et à ce titre, la perspective est son outil pour la troisième dimension.

La peinture murale peut mieux et autrement que la publicité valoriser et marquer les entrées de ville, créer des repères, identifier des lieux. Elle favorise l'expression, le lien social. Domaine de l'art public, de l'imagination de ses artistes et de ses décideurs.

Cet art mural, populaire, art d’artisan, modeste et ambitieux jouit du respect et de la complicité du spectateur et reste méconnu et souvent ignoré des instances culturelles.