ArtiPaint

Art et Culture Magazine

Collection Art shopping

Collection Art Shopping

Chaque année, Art Shopping achète quelques toiles pour sa collection et vous fait partager ses coups de coeur:




 Pierre Alivon: artiste pluridisciplinaire qui travaille  ses obsessions au coeur des matières et des         techniques. Le verre, l'aluminium, les tissus, le PVC, la liste est ouverte car chaque support se plie ou lui résiste et génère des batailles qui le stimulent.
Ce qui nous a séduit: le travail de la matière, l'inspiration venant de la rue et du quotidien, les formats originaux.



Dominique Rembauville: matière et transparence résument bien son travail. L'objet usuel est en opposition avec la pureté du pigment ou la transparence du verre ou du plexiglas. Toute sa démarche tend à cet effet de contraste entre noirceur et déchets, volupté des couleurs.
Ce qui nous a séduit: la couleur, la forme, la matière... cette transparence à travers les matérieux et les couleurs, ce mélange avec l'écriture et les messages.




 Sylvie Singer Kergall: photographe, elle travaille autour des affiches et des palissades, mêlant photo, écriture, traces, messages...
Ce qui nous a séduit: le travail à partir de références très "générationnelles" qui donnent la sensation de retrouver un peu de soi-même dans cette multitude d'images issues de la rue.


Tendances 2008

Le monde de l’art a toujours été agité par des débats, des prises de positions d’artistes, de critiques. Les règles changent en permanence et les académismes sont combattus. De nouvelles idées, de nouvelles techniques se mêlent à des modes et à des ressentis. Les initiés et les spécialistes parlent pour cette décennie d’abstraction hyperréaliste, d’art contemporain chinois, de street art, de pixel art et de mash'up.
Ces tendances sont toutes exposées sur Art-Shopping.

De l’hyperréalisme à l’abstraction

L’hyperréalisme, a durant plus de 20 ans, rapproché l’art de la vie quotidienne, le pop-art a quand à lui sublimé des objets ou des icônes du quotidien. Cet élan vers le réel et sa quête de la perfection a, à la longue, introduit une réelle distance face au monde et à ses réalités. Notre monde change, il devient virtuel, contrôlé par des machines et des algorithmes abstraits, c’est l’hyper modernité. L’apport des techno-sciences permet de créer des œuvres étonnantes. C’est ainsi que des artistes se réclamant de l’abstraction hyperréaliste poursuivent le but de rendre la poésie et le rêve qui caractérisent le XXIème siècle.

Des artistes sans frontières

Les ventes internationales d’Art contemporain, réservées à des collectionneurs très riches et à certains musées, montrent que les Chinois ont toujours le vent en poupe. Les Jeux Olympiques 2008 y sont pour beaucoup, les collectionneurs misent sur des artistes établis. La folie spéculative de 2006-2007 se calme. Les grands acheteurs se tournent désormais vers les artistes coréens et ceux des Emirats. Les nouvelles foires d’Art Contemporain ont lieu à Dubaï et Abu Dhabi pour jouer la proximité avec ces nouveaux acheteurs. Mais au delà de ces ventes spectaculaires et médiatiques, il reste beaucoup de jeunes artistes français et européens qui intéressent les amateurs. 

La jeune création 

Les technologies, les matières, les produits, le numérique, les techniques sont utilisées, combinées par les artistes actuels. Ainsi le collage d’images numériques et de vieux papier ou d’objets du quotidien ou de l’imaginaire collectif sont rassemblés, compactés et mélangés. L’acrylique et la sérigraphie côtoient ou se mêlent à des matières comme le bois, le métal, le verre, la laine ou la ficelle. Les supports deviennent moins académiques et le carton ondulé ou les emballages deviennent le support d’œuvres d’un nouveau genre. C’est le mash’up, d’inspiration Internet (mélange, assemblage d’information, de média).